10 octobre 2011

Les toiles d'or

Il était bien fatigué l'artisteLorsque survint l'étéToujours en retard d'un printempsCar son pinceauÀ force de rêve et de larmesS'était pris dans les ailesD'un papillon de cristal Le voilà maintenantLes yeux fixés au cielComme pour saisirPar dela les miragesUn astre endormiDans la forêt célestesous un fin voile de nuages Il ouvre son sacDéballe sa vie en détachant ses motsIl ne peut feindre la surpriseAu contact du pinceau Lui qui jadis Était lourd d'illusionsFilait librement sur la toile du présentAraignée sur chevaletTissant la... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]