02 novembre 2010

Mea Culpa

Je suis bien maladroit et chute dans l'écriture
Mes rimes s'en vont vers toi dans un flot de ratures
Au début je pensais pouvoir tenir la route
Perdu dans mes lacets avec une feuille en souteMais ma béquille est folle et l'équilibre s'en vaTrébuchant sur ces mots que je sais éphémèresJe rédige un brûlot qui est pourtant sincèrePuis les vers dégringolent dans un discret fracasSi j'étais plus habile pour honorer ma museJe feindrais ma détresse par de subtiles rusesDénuée de babil serait ma poésieSi j'avais cette adresse qui sait... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2010

Traces du Bonheur

Vite,il faut écrireFendre le papierD'un trait de crayonPour y révéler un sourireLe bonheur a sa demeure dans le cielEt si l'oiseau peut y étendre ses ailesMoi ce n'est qu'avec une plumeQue je tisse mes passerellesC'est au cœur de mon brouillardQue la lumière m'a rejointLorsque terrée dans un recoinTu as égaré un regardQuelques secondes pour quelques notesSuffisent à l'âme rêveusePour trouver sa minute heureuseElles tournent trop vite les roues du trainMais heureusement que leur chant monotoneSe brise au vif reflet de l'automnePlic... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2010

Nostalgie de l'été

Permettez un instant que j'étaie mes proposAlors que les fûts en hêtre se gorgent du nectarQui tache comme la suie et ruisselle comme la soieC'était une saison bien imparfaiteLe soleil était capricieuxEt les fleurs étaient discrètes dans leur pétales de beautéPeut être parce que j'étais dans un désert de lumièreTandis que la nuit était généreuse de ses conjugaisonsPermettez un instant que j'étaie mes proposAlors que les fûts en hêtre se gorgent du nectarQui tache comme la suie et ruisselle comme la soieIl fut en effet quelques brefs... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 juillet 2010

G comme Géorgiques

Or et lumière dansent sur mon instrument
Fée des bois, fais vibrer le corps de ma lyre! Va douce mélodie que je m'efforce de produire
Cher chant de mon âme dont l'air est aimant
Chez celle dont les yeux portent mes notes Eux m'offrent les portées où inscrire mes partitions Rient des quelques mots que vont lire sous tension
Dix humbles doigts qui sur mon cœur pianotent guilloud
Posté par guilloud à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2010

Entre l'ouragan et la brise

Violence et fracasLa tempête se déchaîneEt délie les élémentsFaisant fi de toute créationBallotté par ce vent l'hommeContemple ses ouvrages"Vanité des vanités"La nature révèleQue la vie n'est qu'une bougie de poussièreLe cyclone ainsi passéLa souffrance se réveilleEt interpelle de son cri"L'Éternel a donné, l'Éternel a repris"Cette respiration de l'existenceFonde la plainte dans la flammeIl ne reste qu'à un rayon divinPorté par un souffle d'amourDe venir éveiller la mècheEt qu'à nouveau la lumièreBalaye notre... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 11:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2010

Déclaration

J'ai longtemps affûté mes flèchesSur le tranchant de mes larmesTravaillé le métal au creuset du sentimentDans l'éprouvante chaleur de la forgeQu'alimentaient des flammes de passion et d'espoirIl m'a fallu trop batailler contre les spectres du passéTrop lutter avec les illusions du futurEt c'est fatigué par le présentQue je me suis fait raisonAlors j'ai tendu à mon coeur le poignardPour m'ouvrir devant l'êtrePuis j'ai décoché ce trait fébrilePlanant sans l'ombre d'un douteQui a volé quelques secondes d'éternitéAvant d'atteindre sa... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2010

Souffle

Mais il n'y avait rienDans cette agitation AlorsJ'ai cherché D'abord en écoutant La trace de mes pasQu'un doux ZéphyrBalayait vers moiEt dans ces quelques empreintes Empruntées au terrainSe formait tranquillementUn subtil refrainQuel délice d'entendre chanterCes quelques grains de sableRésonnants de vanitéApaisé par cette musique qui m'enveloppait de son airJe décidai de prendre une pause, un soupir dans ce désertMais le rythme de ma marche ne voulait pas finirIl respirait dans mon cœur essayant de m'ouvrirAlorsJ'ai vécuMe... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2010

Une parmi d'autres

Certaines syllabesQuelques motsQuelques regardsCertains yeux Il y a tant de nomsQui traversent mes poumonsIl n'y en a pourtant qu'unQui donne à mon cœur de l'entrainCertaines syllabes Quelques mots Quelques regards Certains yeuxIl y a tant de parolesQui hantent mon cœur et s'envolentIl en faudrait pourtant peuPour que mon chemin soit radieux Il y a tant de rencontresDe chemins qui se montrentIl sont pourtant rares et exposésCeux que mon cœur veut emprunterCertaines syllabes Quelques mots Quelques regards Certains... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2010

Chronomarche

Difficile est le chemin qui nous mène au présentOn pressent que cette route va souvent de l'avantMais le vent qui nous pousse dans ce pré sans repèresChargé d'un lot de souvenir qui parfois nous perdOpère en nous dans l'immense éternité du silenceEt si on s'y lance, la poursuite de l'espoir nous donne un sens Un bref instant se dessine à l'horizon un Jean-Baptiste temporelNous permettant de suivre les traces de ses pas essentielsSous le ciel tapissé des constellations de notre passé qui s'effaceDans l'angoisse du futur que la foi... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2010

Dans les hiéroglyphes du temps

Le bébé Jésus a grandi dans la fuitePourtant il est né de l'éternitéEt par une femme de notre temps il fût allaitéIl forgea son enfance dans le pays d'ÉgyptePour cette raison, s'imaginer le sauveur est stérileÀ moins de se le représenter de profilLes cheveux caressants l'histoire d'où vient le sensEt le visage ouvert à l'avenir qui appelle la Présence guilloud 
Posté par guilloud à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]