02 novembre 2010

Mea Culpa

Je suis bien maladroit et chute dans l'écriture
Mes rimes s'en vont vers toi dans un flot de ratures
Au début je pensais pouvoir tenir la route
Perdu dans mes lacets avec une feuille en souteMais ma béquille est folle et l'équilibre s'en vaTrébuchant sur ces mots que je sais éphémèresJe rédige un brûlot qui est pourtant sincèrePuis les vers dégringolent dans un discret fracasSi j'étais plus habile pour honorer ma museJe feindrais ma détresse par de subtiles rusesDénuée de babil serait ma poésieSi j'avais cette adresse qui sait... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2008

Jerusalem

Dans les méandres de tes rues où les peuples d'aujourd'hui,Devant les synagogues, les mosquées, les églises,Se croisent sans se voir, ni respect ni mépris,Il semble être bien loin ce conflit qui s'enlise.Une masse de pèlerins mus par une même foi,Pourtant si divers en exhibant leur piété,Revivent quelques instants ce chemin de croix,Qui en quatorze stations, lie larmes et gaieté.Juifs, Musulmans et Chrétiens empruntent un pareil chemin.Mais il n'y en a pas un pour se donner la main?Ces rochers placés entre Dieu et l'humanitéTantôt... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 avril 2008

Sonnet Antique

  Tel Tantale dans un lac où la vie prend sens, J'attends que le vent m'apporte cette branche de raison. Ou devrais-je me résoudre, malgré l'abberance, À la recherche de l'art éclairé d'Apollon? Pour l'instant mon être suit le chemin d'Orphée. Et qui sait quand se remplira enfin ce vide, Que je m'évertue à tenter de combler, Malgré l'assistance futile des braves Danaïdes. Merci pour ton insouciance, Ô brave Prométhée! Comment aurais tu pu savoir qu'avec le feu, Ta création perdrait le statut de bête domptée, ... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2008

Sonnet de Detresse

VieIl me semble aujourd'hui que ma vie se résume,A des hauts et des bas que je ne peux que subir.Rester sur cette terre ou je ne fais que survivre,Trainer mes passions, fardeaux lourds tels des enclumes.Mais le jeu de la vie vaut il vraiment la peine,De laisser notr' malheur nous mettre en prison?Notr' passage sur cett' terre n'a pour trace qu'un sillon,Mince témoignage d'une confusion manichéenne. Ai-je le droit de me plaindre de ce monde cruel?Ma vie aura-t-elle bientôt une dimension nouvelle?Pourquoi me fatiguer à chercher une... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 13:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]