02 novembre 2010

Traces du Bonheur

Vite,il faut écrireFendre le papierD'un trait de crayonPour y révéler un sourireLe bonheur a sa demeure dans le cielEt si l'oiseau peut y étendre ses ailesMoi ce n'est qu'avec une plumeQue je tisse mes passerellesC'est au cœur de mon brouillardQue la lumière m'a rejointLorsque terrée dans un recoinTu as égaré un regardQuelques secondes pour quelques notesSuffisent à l'âme rêveusePour trouver sa minute heureuseElles tournent trop vite les roues du trainMais heureusement que leur chant monotoneSe brise au vif reflet de l'automnePlic... [Lire la suite]
Posté par guilloud à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2008

De l'incompréhension de la femme

La femme assume plus son humanité que l'hommeL'humanité est incompréhensibleEn conséquence; la femme est plus incompréhensible que l'homme   Voilà le genre de réflexion qui sort d'une tête à la lecture d'une thèse féministe.
Posté par guilloud à 23:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 avril 2008

Du propre de l'homme

Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fortLe ridicule ne tue pasEn conséquence; le ridicule nous rend plus fort Ce constat bien malheureux explique bien, à mon sens, ce qui pousse l'être humain à sa perte et qui au lieu de fonder une société allant de l'avant nous fige dans le cirque de l'instant présent.
Posté par guilloud à 22:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]